L’Art de la guerre, traduit par le père Amiot

La véritable traduction du père Amiot

Une version de L’Art de la guerre traduit par le père Amiot vient de paraitre aux éditions… Amiot ! Quelle différence avec la masse de traductions en vente – ou en accès libre – se réclamant elles aussi du jésuite ?
Les lecteurs assidus de ce blog le savent : la quasi-totalité des versions numériques, et une grande partie des éditions papier, de L’Art de la guerre se revendiquent être des « traductions du père Amiot ». La raison en est que cette version ayant été publiée en 1772 (le père Amiot était un jésuite missionnaire en Chine sous Louis XV), elle est libre de droits. Or, la grande majorité de ces textes ne sont pas réellement du père Amiot, mais relèvent en fait d’un groupe de personnes ayant fait paraitre leur texte en 1971 aux éditions de L’impensé radical. Ce nouveau texte, théoriquement non libre de droits, est relativement éloigné de la traduction qu’avait réalisée le père Amiot, même si l’ayant pris pour base de composition.
Aussi, en réaction à cette erreur massivement diffusée et qui s’auto-entretient (il sort environ une nouvelle édition « du père Amiot » chaque mois), nous avons décidé de publier la véritable traduction du père Amiot. Nous en avons profité pour compléter l’ouvrage de précisions sur l’histoire de cette traduction (qui était le père Amiot ? pourquoi a-t-il traduit ce texte ? comment le traité a-t-il été reçu en France lors de sa sortie ? quelle suite a été donnée à cette traduction ? etc.). Nous avons également fait figurer une étude des divergences du texte livré par le père Amiot avec le véritable traité de Sun Tzu. Enfin, nous dressons un constat des différences existant entre les versions se réclamant du père Amiot (celle de L’impensé radical et celle de Lucien Nachin) et l’original du jésuite.
L’ouvrage ainsi publié aux éditions Amiot s’adresse donc surtout au lecteur expert, connaissant déjà l’œuvre de Sun Tzu via une bonne traduction contemporaine et souhaitant approfondir l’histoire de la traduction française du traité. Il pourra également intéresser le lecteur d’une « fausse » version du père Amiot qui, intrigué, désirera découvrir le véritable texte traduit par le jésuite pour mesurer l’écart avec la version qu’il a pu lire.
L’ouvrage fait 164 pages, dont une centaine pour le strict traité. Il est disponible en version papier (5€) et numérique (1 €).

Source de l’image : Couverture de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.