De la guerre éclair

Un concept ancien

Le sujet peut sembler évident puisqu’il fait l’objet des premières lignes de L’Art de la guerre, mais nous ne l’avions jamais traité en tant que tel : Sun Tzu enjoint on ne peut plus clairement de ne viser que des guerres éclair :

« Quand les opérations traînent en longueur sans apporter de victoire décisive, les armes s’émoussent, les troupes perdent leur mordant ; les soldats usent leurs nerfs dans les sièges. Des armées trop longtemps en campagne ruinent l’économie d’un pays.

Voyant vos armes émoussées, vos troupes sans mordant, vos hommes sans ressort, votre économie ruinée, les principautés rivales sauteront sur l’occasion pour vous attaquer en état d’infériorité. Et aussi avisés que soient les dirigeants, il leur sera impossible de préserver leurs arrières.

S’il y eut des campagnes qui ont péché par précipitation, que l’on m’en cite une seule qui, habilement conduite, s’éternisa. Jamais il n’est arrivé qu’un pays ait pu tirer profit d’une guerre prolongée. 

[…] Voilà pourquoi une armée doit viser la victoire immédiate et non une guerre d’usure. » (chapitre 1)

Sun Tzu voit deux raisons à rechercher la brièveté du conflit :

  • Ne pas ruiner le pays : chaque jour de conflit coûte.
  • Ne pas tenter les voisins de nous attaquer pour profiter de l’affaiblissement inéluctable du pays et de l’armée en cas de conflit prolongé.

Continuer la lecture

Résumer L’Art de la guerre est-il possible ?

Quels sont les commandements de Sun Tzu du point de vue d’un Occidental ?

Comme nous l’avons exposé tout au long de ce blog, notre synthèse de L’Art de la guerre est que Sun Tzu expose une théorie de la conduite de la guerre considérée comme une dialectique entre deux généraux[1]. Au-delà des grands principes formalisés (la guerre est une calamité, tous les moyens sont bons pour remporter la victoire, la conduite de la guerre doit rester une affaire de militaires, …) le système suntzéen nous parait pouvoir être résumé autour d’une grande idée : modeler l’adversaire pour saisir les opportunités. De ce précepte supérieur découlent trois principes de la guerre :

Toutes les autres grandes thématiques évoquées (acquérir la supériorité informationnelle, planifier, recourir à la ruse, être attentif à sa logistique, agir sur l’environnement diplomatique, …) ne nous paraissent être que des procédés.

La synthèse des principes et procédés que nous présentons ici n’est toutefois que l’expression d’un point de vue.

D’autres commentaires de Sun Tzu peuvent en effet dresser des listes différentes. Par exemple, l’Américain Mark MacNeilly[2] voit dans L’Art de la guerre les six idées-forces suivantes : Continuer la lecture

La guerre a-t-elle réellement le profit pour ressort ?

Ne nous serions-nous pas trompés sur la vision de Sun Tzu du motif de la guerre ?

Dans notre billet Pourquoi fait-on la guerre ?, nous avions discouru autour de la citation « La guerre a le mensonge pour fondement et le profit pour ressort » (chapitre 7), arrivant à la conclusion que la raison véritable et avouée de déclencher une guerre pouvait être aussi peu noble que le pillage de son voisin.

La lecture d’autres traduction nous a fait douter de cette interprétation. En effet, la partie correspondant à « La guerre […] a le profit pour ressort » est rendue différemment par les autres traducteurs :

  • Valérie Niquet : « Celui qui fait la guerre en arrivant à ses fins par la ruse [et] en manœuvrant l’ennemi grâce à des appâts sait s’adapter. »
  • Samuel Griffith : « La guerre est basée sur la tromperie. Déplacez-vous lorsque c’est votre intérêt. »
  • James Trapp : « A la guerre, le subterfuge est votre fondement, l’avantage votre ressort. »
  • Christopher McDonald : « Military forces establish decoy positions to fool the enemy [and] move when there is advantage to be gained. »
  • Jose Maria Sanchez Barrio : « Une force militaire prend position par tromperie [et] se meut dans l’espoir d’une récompense. »
  • Bande dessinée de Wang Xuanming : « La victoire est basée sur la tromperie et sur la ruse. Déplacez-vous quand cela est avantageux. »
  • Bande dessinée de Tsai Chih Chung : « On doit être rusé et adaptable pour gagner la guerre. Être capable de frapper au bon moment. »
  • Luo Shenyi : « Une guerre dépend des ruses [et] se développe selon les intérêts. »
  • Xiaojun et Jia Xiaoning : « Pour gagner la guerre, il faut recourir à la duperie. Agissez si c’est avantageux. »
  • Tang Jialong : « L’armée ne peut se maintenir solidement qu’en recourant à la simulation. Elle doit agir au moment propice. »
  • Groupe Denma : « La guerre est fondée sur la ruse. L’armée doit entrer en action au moment propice. » (traduction critiquable de : « The military is based on guile. Acts due to advantage. »)

Continuer la lecture

The science of war, de Christopher MacDonald

Un ouvrage majeur pour l’étude de Sun Tzu

Une récente publication anglo-saxonne relative à Sun Tzu a retenu notre attention : The science of war, de Christopher MacDonald.

Sous-titré « L’Art de la guerre de Sun Tzu re-traduit et re-considéré », cet ouvrage se donne pour ambition de proposer une nouvelle traduction qui dépasserait l’exercice simple de version, pour chercher à retranscrire au mieux les idées que Sun Tzu voulait exprimer. À partir de la version chinoise de Sun Hsing-yen (1752-1818), Christopher MacDonald a manifestement souhaité transmettre le plus finement possible la pensée de Sun Tzu. Il consacre ainsi une (petite) partie de son ouvrage à présenter les problématiques de la traduction, livrant cinq exemples de ses choix :

Continuer la lecture

Une analyse de qualité en français

Un opuscule inattendu de qualité

L’analyse de L’Art de la guerre parue dans la collection Profil Littéraire mérite une attention particulière.

Parue en 2017, la publication fait partie d’une nouvelle collection de l’éditeur belge Lemaitre Publishing. Distribuée essentiellement en numérique, et peut toutefois être imprimé à la deman

de grâce aux presses d’Amazon. Le format est petit (plus petit qu’un livre de poche !), et l’ensemble fait moins de 50 pages. Le contenu n’en est pas moins est surprenant de qualité.

Rédigée par Chistophe Van Staen, nous trouvons en effet là une véritable analyse, concise, du traité de Sun Tzu. Plusieurs idées s’avèrent de vraies originalités, telle l’approche « symptômale » du général, qui, utilisant l’analogie avec la psychanalyse, considère que le général doit prendre la posture du médecin au chevet de son patient et partager son attention entre le relevé des données objectives liées à la maladie et celui des signes subjectifs de la souffrance qui témoignent de la manière dont la maladie est vécue par celui qui souffre.

Ni notre blog, ni nos ouvrages, ne font partie des références de la bibliographie. Pour autant, la similitude des propos avec nos propres analyses est troublante : nombre de nos idées, que nous estimons originales, se retrouvent en effet dans cet opuscule. Force est néanmoins de reconnaitre que nous n’avons trouvé à aucun endroit une quelconque recopie mot-à-mot de nos propos. L’auteur se serait-il donc inspiré de nos travaux sans en faire mention ? Impossible d’en avoir la certitude.

Continuer la lecture