Les arcanes de la pensée stratégique

Un ouvrage très intéressant de Jérôme Gabriel

Paru en juillet 2020, Sun Tzu – Les arcanes de la pensée stratégique se présente comme le premier livret d’une série que prévoit de publier Jérôme Gabriel sur « les cultures et les pratiques liées à l’intelligence économique ».

Cet opuscule de 77 pages est du même auteur que l’ouvrage Décryptage stratégique de la pensée de Sun Tzu chroniqué dans le précédent billet. Par rapport à ce dernier, cet opuscule offre une lecture différente du traité de Sun Tzu, non plus de façon linéaire, mais comme une succession d’idées illustrées par des citations de l’auteur (citations basées sur sa propre version du texte, recomposée à partir à partir de différentes traductions françaises et anglaises du traité. Les idées sont brièvement exposées (sous forme de notes plus que de texte structuré), complétées des citations afférentes du traité. La parution concomitante de ces deux ouvrages offre donc une lecture croisée vraiment intéressante du traité de Sun Tzu.

Le livret proposé se présente comme un carnet de notes (absence de phrases construites, alternance de style entre les différentes idées, nombreuses coquilles, etc.). Pour autant, l’effet est là : l’auteur expose sa lecture du traité de Sun Tzu. Le parti pris est de regrouper, pour chaque idée identifiée par l’auteur, l’intégralité des citations du traité relatives à cette idée. Un risque inhérent à cette exhaustivité est de donner l’impression au lecteur non averti que les idées les plus importantes sont celles recueillant le plus de citations afférentes, ce qui n’est pas le cas chez Sun Tzu.

Ce livret de Jérôme Gabriel est donc une excellente surprise, qui vient avec ravissement compléter la liste trop brève des commentateurs francophones.

Continuer la lecture

Décryptage stratégique de la pensée de Sun Tzu

Un excellent ouvrage en français

Jérôme Gabriel est suisse. Il tient depuis 2018 un blog consacré à Sun Tzu, hébergé par le quotidien suisse Le temps : Sun Tzu parle aux dirigeants stratèges. Il nous propose ici un ouvrage en deux parties :

La première est constituée de sa version française du traité de Sun Tzu, conçue à partir de différentes traductions françaises et anglaises de L’Art de la guerre. Il nous est difficile de nous positionner sur cet exercice[1]. Étant une adaptation libre, non assujettie au respect rigoureux du texte chinois, la version de L’Art de la guerre ainsi produite gagne de facto en clarté par rapport à une véritable traduction, mais perd inévitablement en fidélité par rapport au texte initial. Dans le cas de L’Art de la guerre, qui est à la base un texte peu clair, ce choix peut paraitre légitime, mais le résultat produit ne peut, en toute rigueur intellectuelle, être qualifié de traduction.

Entendons-nous bien : le texte proposé par Jérôme Gabriel respecte le traité de Sun Tzu. S’il supprime ou reformule certains passages, c’est en s’appuyant sur l’interprétation d’exégètes qui estiment que ces passages pourraient relever d’un commentaire ajouté tardivement dans le texte, ou pour tenter de donner du sens à un propos nébuleux. L’intention est bien d’être fidèle à la pensée de Sun Tzu et, vu du lecteur, le texte proposé est au final la version de L’Art de la guerre probablement la plus accessible de toutes celles qui existent.

La deuxième partie de l’ouvrage est une reprise de ce texte, entrecoupée de commentaires de l’auteur. La découpe se fait par grands blocs du traité – en général plusieurs paragraphes. Un tel regroupement est largement préférable aux commentaires véritablement juxtalinéaires (phrase par phrase) qui nous paraissent prêter trop facilement le flanc aux contresens car trop collés à la littéralité du texte. Notre préférence va toutefois aux commentaires globaux, holistiques, plus à même selon nous de faire ressortir la structure réelle de la pensée suntzéenne[2]. Nous estimons en effet que les différentes idées de Sun Tzu ne sont pas concentrées dans des paragraphes uniques, mais sont en réalité éparpillées sur l’ensemble du traité.

Continuer la lecture

Relire Sun Tzu

Notre commentaire de L’Art de la guerre

Qui n’a jamais remarqué l’un des ouvrages appliquant Sun Tzu aux disciplines les plus inattendues ? Sans parler des adaptations au monde de l’entreprise ? Pourtant, il n’existe aucun ouvrage français étudiant L’Art de la guerre d’un point de vue strictement militaire ! Quelques livres ont bien été écrits en langue anglaise sur le sujet, mais ils se comptent sur les doigts d’une main. Cette situation est relativement paradoxale, d’autant plus si l’on considère que depuis les années 1970, période où Sun Tzu a réellement été découvert en France, le De la guerre de Clausewitz a, lui, fait l’objet de plus de 150 parutions françaises.

C’est donc face à ce terrain relativement vierge que le désir nous est venu de construire notre propre étude de cet incontournable classique de la littérature militaire qu’est L’Art de la guerre. S’agissant de la première en France – hors articles de spécialistes tels Jean Lévi ou Valérie Niquet – elle se donne pour humble objectif de défricher le terrain afin de permettre à tous ceux qui en constateront les faiblesses et les insuffisances de les dépasser.

La lecture propose une reformulation contemporaine des principes de Sun Tzu, à l’aune du vocabulaire moderne de la pensée militaire, vocabulaire qui s’est enrichi et affiné au fil des penseurs. À titre d’exemple, la notion de friction, introduite au XIXe siècle par Clausewitz et qui fait aujourd’hui partie du référentiel mental commun des militaires, n’était bien évidemment pas verbalisée par ce strict mot par Sun Tzu ; mais l’idée portée était bien prise en compte, et le stratège chinois livrait des conseils pour la gérer.

Continuer la lecture

Dernières nouvelles du front

Masque COVID SunTzu

La COVID aura même touché Sun Tzu…

Si le fil Twitter Sun Tzu dit a inlassablement poursuivi sa progression, atteignant désormais les 8500 abonnés, vous avez bien évidemment constaté que ce blog était ces derniers temps plongé dans une période de léthargie. La contrainte (que nous nous étions nous-mêmes fixée) des publications régulières présentait le formidable avantage d’aiguillonner nos recherches et notre production, en nous obligeant à publier un billet tous les six jours. Mais elle avait comme effet indésirable de ne pas nous laisser le temps de remettre en forme ce travail pour en présenter une publication officielle et affinée. Nous avions donc fait le choix de mettre en sommeil le blog, afin de dégager le temps de nous atteler à cette tâche de publication. Hélas ! C’était sans compter sur notre changement d’emploi, plus exigeant encore que le précédent, et la COVID-19 : la crise sanitaire, théoriquement propice aux travaux à domicile, a paradoxalement détourné les esprits de ces travaux. L’ouvrage, achevé depuis un an, était en relecture et cette ultime période s’est dilatée de façon inattendue. Aujourd’hui cependant, Relire Sun Tzu est enfin publié. Nous y reviendrons dans notre prochain billet.

Continuer la lecture

De la guerre éclair

Un concept ancien

Le sujet peut sembler évident puisqu’il fait l’objet des premières lignes de L’Art de la guerre, mais nous ne l’avions jamais traité en tant que tel : Sun Tzu enjoint on ne peut plus clairement de ne viser que des guerres éclair :

« Quand les opérations traînent en longueur sans apporter de victoire décisive, les armes s’émoussent, les troupes perdent leur mordant ; les soldats usent leurs nerfs dans les sièges. Des armées trop longtemps en campagne ruinent l’économie d’un pays.

Voyant vos armes émoussées, vos troupes sans mordant, vos hommes sans ressort, votre économie ruinée, les principautés rivales sauteront sur l’occasion pour vous attaquer en état d’infériorité. Et aussi avisés que soient les dirigeants, il leur sera impossible de préserver leurs arrières.

S’il y eut des campagnes qui ont péché par précipitation, que l’on m’en cite une seule qui, habilement conduite, s’éternisa. Jamais il n’est arrivé qu’un pays ait pu tirer profit d’une guerre prolongée. 

[…] Voilà pourquoi une armée doit viser la victoire immédiate et non une guerre d’usure. » (chapitre 1)

Sun Tzu voit deux raisons à rechercher la brièveté du conflit :

  • Ne pas ruiner le pays : chaque jour de conflit coûte.
  • Ne pas tenter les voisins de nous attaquer pour profiter de l’affaiblissement inéluctable du pays et de l’armée en cas de conflit prolongé.

Continuer la lecture