The school of Sun Tzu

Une véritable étude de L’Art de la guerre

The school of Sun Tzu est l’un des rares livres anglo-saxons s’attachant à mener une réelle analyse de L’Art de la guerre : nombre d’ouvrages, qui ont le nom de Sun Tzu ou de son traité dans leur titre, ne font en réalité qu’utiliser le texte du stratège chinois pour illustrer une doctrine construite antérieurement. Ici, la volonté de l’auteur est de livrer une étude sincère L’Art de la guerre.

David G. Jones est Canadien. Il a été manager dans différentes entreprises et a servi au sein de l’armée. La publication de cet ouvrage date de 2012, mais sa rédaction a sans doute été grandement réalisée vers la fin des années 90, comme semble le prouver la 6e partie « passé, présent et futur » qui recense les références anglo-saxonnes à L’Art de la guerre, recension ne s’étendant que très rarement aux années 2000.

Signalons-le tout de suite, David G. Jones a un parti pris fort – mais clairement affiché : « L’Art de la guerre n’a été lu tout au long de son histoire que comme un traité militaire ; il a fallu attendre la fin du XXe siècle pour que l’on comprenne qu’il pouvait porter sur un sujet différent ». L’auteur déplore en effet que « la métaphore militaire utilisée dans L’Art de la guerre – un extraordinaire procédé d’apprentissage – a été vue non comme le medium, mais comme le message ». C’est ainsi que l’auteur lit en premier lieu dans L’Art de la guerre (comme la plupart des commentateurs modernes) une méthodologie de management : le propos est, selon lui, la description des « processus de planification stratégique qui définissent les rôles, relations, dynamiques, valeurs et méthodes pour une gestion d’engagement efficace ».

Cette lecture de L’Art de la guerre sous l’angle de l’entreprise, typiquement anglo-saxonne, n’est pas ce que nous préférons de l’ouvrage. David G. Jones note même que « bien que le traité se serve d’une imagerie militaire, il n’y a rien qu’un soldat puisse réellement utiliser ».

L’origine de cette grille de lecture est plus intéressant. Comme l’explique l’auteur, « ma pierre de Rosette pour L’Art de la guerre a été le Tao Tö King ». « La principale différence entre L’Art de la guerre et le Tao Tö King est que le premier adresse la pratique, le second la philosophie. Lu avec le prisme du Tao Tö King, L’Art de la guerre apparait transparent et métaphorique. » D’où l’affirmation de David G. Jones selon laquelle « le propos militaire est en réalité une métaphore, le véritable sens étant à trouver ailleurs ».

The school of Sun Tzu est extrêmement riche. Le livre aborde de nombreux sujets connexes à la stricte exégèse de texte : la période et le contexte de la création des deux traités, la réalité de l’existence de l’homme Sun Tzu, la signification exacte de « Bing fa » (incorrectement rendu par « Art de la guerre » : il serait plus exact – mais moins vendeur – de dire « Art de la diplomatie » ou, encore plus précisément, « art de la gestion réussie de l’engagement »), etc.

Concernant l’exégèse du traité, les principaux thèmes que David G. Jones retire de sa lecture de L’Art de la guerre sont :

  • Les recommandations :
    • Respectez la loi morale
    • Gagnez sans conflit
    • Gérez votre monde
  • Les commandements :
    • Soyez préparé
    • Utilisez le renseignement
    • Désignez, déléguez, autorisez
    • Pratiquez le wuwei [1]
    • Gérez la force
    • Utilisez la tromperie
    • Soyez adaptatif

David G. Jones synthétise ainsi les directives de Sun Tzu : « Soyez fort et toujours en alerte. Gérez votre force et celle des autres. Lorsque c’est essentiel, engagez le combat selon vos conditions. Soyez observateur, adaptatif et subtil. Ne perdez pas le contrôle. Agissez résolument. Concluez rapidement »

Il propose également une méthode de lecture consistant à dénombrer l’apparition des principaux messages ; il aboutit ainsi au décompte suivant :

  • Gérez les engagements : 40 occurrences
  • Gérez la force : 38 occurrences
  • Acquérez la connaissance ; modifiez vos plans : 37 occurrences
  • Ayez recours à la déception : 21 occurrences
  • Déplacez-vous résolument et rapidement : 14 occurrences
  • Gérez le commencement de l’engagement : 12 occurrences
  • Prenez vos ordres du souverain, et soyez guidé par la stratégie : 6 occurrences

Enfin, outre un index – toujours bienvenu, un commentaire ligne à ligne du traité de Sun Tzu (utilisant la traduction de Lionel Giles) complète l’ensemble.

En conclusion : une excellente et trop rare étude, en anglais, sur L’Art de la guerre.

David G. Jones, The School Of Sun Tzu: Winning Empires Without War, éditions iUniverse, 2012, 428 pages, 27,95 $ (23,21 € sur Amazon).


[1] Le wuwei est le concept taoïste du « non-agir », qui prône notamment de se comporter en conformité – et non en opposition – avec l’ordre cosmique.

Source de l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.