Clausewitz et Sun Tzu

Une étude comparative des deux plus célèbres penseurs militaires

Clausewitz et Sun Tzu vient de paraître. Deuxième titre des éditions Amiot (après Wu Zixu, inspirateur de Sun Tzu), il s’agit là encore d’un recueil retravaillé des billets parus sur ce blog. Sans surprise, la thématique est ici une comparaison des systèmes de pensée de Clausewitz et de Sun Tzu. Ces deux mastodontes de la pensée militaire traitent de thématiques communes, mais en apportant des recommandations pouvant être en totale opposition. La mise en parallèle de leurs écrits respectifs permet ainsi de mieux appréhender l’essence même de leur système.

Après une réflexion sur la forme que présentent L’Art de la guerre et De la guerre, les deux œuvres phares de Sun Tzu et Clausewitz, l’étude détaille les principales différences existant entre chaque traité sur le plan des fondements de la stratégie (la guerre en tant qu’objet, son objectif) et sur une sélection de grandes thématiques militaires tels le renseignement, la logistique, ou même le rôle du chef.

Si vous avez apprécié les billets de ce blog, n’hésitez pas à vous en offrir la compilation remaniée et enrichie !

46 pages aux éditions Amiot. 5 € en version papier, 1 € en numérique.

Source de l’image : Couverture de l’auteur

Sun Tzu vs Clausewitz : Pot-pourri final

Du rab de comparaison entre Sun Tzu et Clausewitz...

Du rab de comparaison entre Sun Tzu et Clausewitz…

Nous avons rassemblé dans ce dixième et dernier billet consacré à l’étude comparative des systèmes de Clausewitz et Sun Tzu quelques idées sans grands liens entre elles, mais pour lesquelles nous n’avions pas suffisamment de matière nous permettant d’en faire des billets complets. Du vrac, donc !…

Les deux stratèges diffèrent dans le concept-clé de Clausewitz nommé « centre de gravité ». Pour le stratège prussien, ce dernier est unique et constant. Pour Sun Tzu au contraire, il est pluriel et versatile. Nous avons développé ce sujet dans notre billet Du modelage de l’ennemi où, à travers l’image du boxeur, nous illustrions bien toute la différence entre la théorie clausewitzienne et celle suntzéenne.

Pour les deux stratèges, le rapport de force se crée fondamentalement et de manière instable et délicate dans le rapport affectif du peuple et du souverain, ainsi que du peuple sous les armes et du commandement militaire, rapports qui dans un camp (plus que dans l’autre) permettent, le moment venu, de demander à la population un effort exceptionnel. Les formulations sont dans la forme très différentes, mais l’idée reste la même. Notons toutefois que si Clausewitz s’attarde beaucoup sur l’importance des forces morales, il ne les traite que pour son propre camp et n’envisage pas la possibilité, comme le fait Sun Tzu, de chercher à affaiblir celles de l’ennemi.

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Renseignement, surprise, ruse ; tout oppose les deux systèmes

Deux systèmes très différents

Deux systèmes très différents

Nous avions vu à travers une série de billets toute l’importance que Sun Tzu accorde au renseignement, considérant qu’il est réellement possible d’obtenir une perception fiable de l’adversaire et du champ de bataille. Clausewitz, lui, est beaucoup plus circonspect sur le sujet :

« Les nouvelles qui vous parviennent en temps de guerre sont en grande partie contradictoires, et fausses pour une plus grande part encore ; les plus nombreuses de beaucoup sont passablement douteuses. […] Fort de sa confiance en sa meilleure connaissance des choses, le chef doit tenir ferme comme un roc sur lequel vient se briser la vague. » (Livre I, chapitre 6)

Déclinaison de cette divergence d’appréciation sur le pouvoir du renseignement, les deux stratèges tiennent des positions quasiment opposées sur une notion comme la surprise. Alors que Clausewitz a tant formalisé la notion de brouillard de la guerre, il n’a que peu de foi dans la capacité du général à le projeter sur l’ennemi :

« Il serait erroné de croire que [la surprise] soit le meilleur moyen pour atteindre en guerre ce que l’on veut. L’idée en est très séduisante mais, en pratique, la friction de la machinerie entière la fait échouer la plupart du temps. » (Livre III, chapitre 9)

Sun Tzu considérant qu’il est possible de contrôler le champ de bataille (cf. le billet précédent sur la friction), la surprise est dès lors un outil fondamental du général.

« Attaquez là où il ne vous attend pas ; surgissez toujours à l’improviste. » (chapitre 1)

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : La friction, un concept différemment perçu

Les différences de fond

Les différences de fond

« Dans la guerre, tout est très simple, mais la chose la plus simple est difficile. Les difficultés s’accumulent et entraînent une friction que personne ne se représente correctement s’il n’a pas vu la guerre. » Clausewitz, De la guerre, éditions de Minuit, 1995, p. 109.

Clausewitz accorde une importance toute particulière à une notion aujourd’hui fondamentale qu’il a lui-même formalisée : la friction. Si Sun Tzu ne discute pas la nature incertaine de la guerre, il ne partage toutefois la perception de son homologue prussien sur l’incertitude, le hasard et l’imprévu du champ de bataille. Tout n’est certes pas prédictible chez Sun Tzu, comme en témoigne ses injonctions de faire preuve de grande réactivité, sous-entendant que le général peut être surpris à tout moment (cf. notre billet Une qualité : la réactivité). Nonobstant, une bonne planification doit être à même de contrer suffisamment le phénomène de friction pour que, in fine, la victoire puisse être certaine (cf. notre billet Le calcul épargne le sang : du pouvoir de la planification). Dès lors, le champ de bataille représente un environnement maitrisable :

« Quel indescriptible tohu-bohu ! Comme le combat est confus ! et cependant rien ne peut semer le désordre dans leurs rangs. Quel chaos ! quel méli-mélo ! ils sont repliés sur eux-mêmes comme une boule, et pourtant nul ne peut venir à bout de leur disposition. Le désordre suppose l’ordre, la lâcheté le courage, la faiblesse la force. L’ordre dépend de la répartition en corps, le courage des circonstances et la force de la position. » (chapitre 5)

Point de vue totalement opposé à celui de Clausewitz :

« La guerre est le domaine du hasard. Aucune autre sphère de l’activité humaine ne laisse autant de marge à cet étranger, car aucune ne se trouve à tous égard en contact aussi permanent avec lui. » (Livre I, chapitre 3)

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Art de la guerre ou science de la guerre ?

Doit-on forcément trancher entre art ou science ?

Doit-on forcément trancher entre art ou science ?

Si la plupart des stratèges s’accordent sur le fait que les grands guerriers possédaient un « génie militaire », leur définition de ce dernier n’est pas figée. Dans le cas de Clausewitz et Sun Tzu, nous pouvons considérer que celui-ci est composé d’intuition, de coup d’œil tactique, d’analyse et de créativité. Mais dans des proportions différentes.

Nous avions consacré un billet entier à la position qu’avait Sun Tzu vis-à-vis du statut de la guerre : art ou science ? La réponse était loin d’être aisée, mais nous en étions finalement arrivés à la conclusion que le stratège chinois la considérait certes comme un art, mais qu’elle portait néanmoins également une part de science.

Clausewitz consacre tout le 3e chapitre de son Livre II à cette question. Sa position semble de prime abord simple :

« Il ressort de tout cela qu’il est plus juste de dire art de la guerre que science de la guerre. » (Livre II, chapitre 3)

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Le général doit-il être intrépide ou calculateur ?

Le chef doit-il être réfléchi en toute circonstance ?

Le chef doit-il être réfléchi en toute circonstance ?

Nous avions vu que le génie du chef de guerre suntzéen réside plus dans sa capacité d’analyse et de calcul que dans son intuition créative : Sun Tzu préfèrera au final le chef posé et calculateur à celui enclin à prendre de grands risques. Louant la planification, Sun Tzu n’accepte la prise de risque que si cette dernière est finement évaluée. Le général trop impulsif, prompt à réagir sans une mûre réflexion, court à sa perte car se laissera manipuler par l’adversaire. La sagesse et la raison doivent dès lors tempérer les velléités du chef militaire, le courage seul ne pouvant que conduire au désastre :

« Si, ne pouvant contenir son impatience, le commandant en chef lance prématurément l’assaut général en envoyant ses hommes escalader les remparts tels des fourmis, il perdra un tiers de ses effectifs sans avoir enlevé la place. Telle est la plaie des guerres de siège. » (chapitre 3)

« Autrefois, on considérait comme habiles ceux qui savaient vaincre sans péril ; ils ne bénéficiaient ni de la réputation des sages ni de la gloire des preux ; avec eux, pas de combats douteux ; l’issue n’était pas douteuse, en ce que, quelle que fût la stratégie employée, ils étaient nécessairement victorieux car ils triomphaient d’un adversaire déjà à terre. » (chapitre 4)

Clausewitz au contraire ne considère pas l’intelligence et la sagesse comme les plus grandes qualités requises pour un chef militaire. Il préfère l’action immédiate, impulsive, à celle longuement réfléchie :

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Détruire ou soumettre ? Quand les dés sont-ils jetés ?

Carnage

Deux conceptions opposées de la guerre

Nous avons vu dans notre précédent billet que le raccourci traditionnel opposant Clausewitz à Sun Tzu sur le plan de la violence du conflit n’est pas fondamentalement erroné. Force est bien de constater que les points de vue des deux stratèges divergent sur la finalité du combat. Clausewitz est en effet largement préoccupé par l’application massive de la force, visant à détruire l’ennemi au combat en usant de la troupe contre la troupe :

« Il n’existe qu’un seul moyen [pour faire la guerre] : le combat. […] Aussi la destruction des forces armées de l’ennemi est toujours le moyen d’atteindre le but de l’engagement. » (De la guerre, Livre I, chapitre 2)

Or, cette vision va à l’encontre du concept suntzéen d’attaquer la stratégie de l’ennemi (cf. notre billet Combattre l’ennemi dans ses plans) :

« Le mieux, à la guerre, consiste à attaquer les plans de l’ennemi ; ensuite ses alliances ; ensuite ses troupes ; en dernier ses villes. » (L’art de la guerre, chapitre 3)

L’objectif de la guerre n’est donc à la base pas exactement le même pour Clausewitz et pour Sun Tzu : là où le premier cherche à détruire l’ennemi, le second recherche plutôt à le soumettre.

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Vaincre sans combattre

Les systèmes de Sun Tzu et Clausewitz ont-ils des points communs ?

Les systèmes de Sun Tzu et Clausewitz ont-ils des points communs ?

« La solution sanglante de la crise est […] le fils légitime de la guerre. » (De la guerre, Livre I, chapitre 2)

« Etre victorieux dans tous les combats n’est pas le fin du fin ; soumettre l’ennemi sans croiser le fer, voilà le fin du fin. » (L’art de la guerre, chapitre 3)

On présente communément Sun Tzu comme le chantre de la victoire sans combat, tandis que Clausewitz incarnerait la guerre violente et jusqu’au-boutiste. La question est un peu plus complexe que cela, sans toutefois que la réponse en soit totalement différente.

Clausewitz envisage bien la possibilité d’une phase préliminaire au combat qui chercherait à faire jeter l’éponge à l’adversaire avant tout engagement physique. Mais il ne croit guère à la réalité d’une telle issue, la qualifiant même du terme dénigrant de « guerre abstraite » :

« Avant même d’être notablement affaiblies, les forces ennemies peuvent se retirer à l’autre extrémité du pays, ou même tout droit en territoire étranger. En ce cas, la majeure partie du pays voire le pays tout entier, sera conquise. Cependant, cet objectif de la guerre abstraite, cet ultime moyen d’atteindre l’objectif politique qui englobe tous les autres, à savoir le désarmement de l’ennemi, ne se produit pas toujours dans la pratique, et n’est pas une condition nécessaire de la paix. Il ne peut donc en aucune façon être érigé en loi dans la théorie. » (De la guerre, Livre I, chapitre 2)

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Des périmètres d’étude de la guerre différents

Sun Tzu couvre un champ bien plus étendu que Clausewitz

Sun Tzu couvre un champ bien plus étendu que Clausewitz

Les traités de Sun Tzu et de Clausewitz n’ont pas le même périmètre d’étude. Pour le stratège chinois, les aspects politiques, économiques, diplomatiques et logistiques font partie de sa réflexion sur la guerre. Le Prussien au contraire confine cette dernière à la seule conduite du combat sur le champ de bataille, présupposant que le soutien logistique et l’environnement économique seront entièrement dédiés à l’effort de guerre :

« La portée et l’effet des différentes armes est d’une extrême importance pour la tactique ; leur fabrication, bien que ces effets en découlent, n’en a aucune, car pour mener la guerre, ce n’est pas de charbon, de soufre et de salpêtre, de cuivre et de zinc destinés à faire de la poudre et des canons dont on a besoin, mais d’armes toutes prêtes, et de leurs effets. La stratégie se sert de cartes sans s’occuper de trigonométrie ; elle ne se préoccupe pas des institutions du pays ni de la façon dont le peuple doit être éduqué et gouverné pour que ses succès militaires soient assurées. » (Livre II, chapitre 2)

En effet, pour Clausewitz, si la logistique, la maintenance ou l’administration ont leur importance, elles ne relèvent pas du domaine du chef de guerre. De la guerre a bien un chapitre consacré à la logistique (livre V, chapitre 14), mais le sujet est rapidement expédié, étant considéré que dans une guerre correctement menée, le ravitaillement doit rester subordonné à la fin poursuivie :

« Il est très rare que le ravitaillement des troupes ait assez d’influence pour modifier le plan d’un engagement. » (Livre II, chapitre 1)

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Manuel d’emploi ou démonstration détaillée ?

Des traités de taille manifestement différente

Des traités de taille manifestement différente

Une différence saute aux yeux lorsque l’on veut se livrer à la comparaison des deux traités : là où le premier est un pavé de plus de 800 pages, le second est un petit opuscule qui n’en compte qu’une quarantaine.

La principale explication de cette différence de taille est que les deux traités n’ont absolument pas la même logique : Nous avons vu dans le billet précédent qu’alors que Clausewitz s’attachait à démontrer chacune des idées exprimées par un raisonnement structuré, Sun Tzu présentait au contraire directement l’aboutissement de sa pensée, en ne cherchant quasiment jamais à en expliquer le bien-fondé. L’art de la guerre tient en ce sens plus du manuel d’emploi pour le souverain et le général, tandis que De la guerre est davantage une réflexion sur la guerre.

Le parti pris de Clausewitz de démontrer ses idées rend dès lors la lecture de son ouvrage relativement âpre par endroits. A contrario, les maximes concises et  affirmatives de Sun Tzu paraissent d’un abord bien plus facile à saisir. Hervé Coutau-Bégarie soulignait bien l’aspect beaucoup plus rêche de Clausewitz par rapport à Sun Tzu :

« Le seul stratégiste qui ait davantage été traduit [que Clausewitz] est Sun Tzu. Encore sa vogue ne tient-elle qu’en partie à sa valeur intrinsèque : elle s’explique aussi par le prestige de l’ancienneté – 2400 ans – et plus encore par sa brièveté. Les versets de Sun Tzu, gloses exclues, ne représentent en effet qu’une vingtaine de pages et ils semblent d’une approche si facile que le lecteur le plus paresseux peut en tirer sans peine de quoi briller en société. Clausewitz, lui, a écrit une somme de 800 pages imprégnées d’idéalisme allemand : c’est long, c’est difficile et pour dire le fin mot de l’affaire, c’est de prime abord très ennuyeux. » [1]

Lire la suite

Sun Tzu vs Clausewitz : Sun Tzu est-il moins profond que Clausewitz ?

Quelles différences entre Sun Tzu et Clausewitz ?

Quelles différences entre Sun Tzu et Clausewitz ?

Ce billet inaugure une série de sept articles consacrés à l’étude comparative des systèmes de Sun Tzu et de Clausewitz.

Rappelons en préliminaire que Clausewitz (1780-1831) ne connaissait pas l’œuvre de Sun Tzu : celle-ci n’a été traduite pour la première fois en allemand qu’en 1910, et la version française n’a commencée à être connue dans le milieu militaire qu’en 1922 (voire 1972).

Les deux traités présentent de prime abord un point commun : ils sont tous deux inachevés. Nous avions expliqué dans notre billet De quand date le texte de L’art de la guerre que nous connaissons ? combien chaotique avait été la composition du traité de Sun Tzu, laissant au lecteur occidental une impression de relatif fouillis dans l’exposition des idées. De la guerre est pour sa part une œuvre officiellement inachevée ; un premier jet, Clausewitz ayant seulement eu le temps de reprendre le tout premier chapitre avant de décéder. Les imperfections respectives de ces deux traités induites par cet état d’inachèvement imposent dès lors qu’ils soient lus et relus, médités et travaillés, pour qu’en surgisse la vision complète de leurs auteurs.

Sur la forme, à la différence du traité prussien, L’art de la guerre ne livre pas de principes de la guerre[1], mais plutôt des idées, presque des « flash », que le lecteur devra s’approprier pour comprendre la pensée générale. L’enseignement de Sun Tzu est en effet transmis plutôt par imprégnation, en livrant des applications de son système et non des principes généraux ordonnés. L’art de la guerre ne déroule donc pas une démonstration logique comme le fera bien plus tard Clausewitz. Sun Tzu ne rédigeait en effet pas de manière cartésienne, en structurant sa pensée selon un déroulement logique, en exposant un plan, en démontrant, en expliquant et illustrant ses affirmations, bref en présentant un propos comme l’a fait Clausewitz deux mille ans plus  tard. Nous reviendrons sur ce point dans notre prochain billet, mais c’est probablement l’impression déroutante qui en ressort qui poussa Hervé Coutau-Bégarie à écrire que le traité de Sun Tzu était « infiniment moins profond » que celui de Clausewitz :

« Clausewitz a produit une théorie de la guerre articulée dans ses moindres détails, donc infiniment plus profonde que les simples pistes de réflexion proposées par Sun Tzu. »[2]

Lire la suite