La ruse et la force

La ruse et la force, de J.-V. Holeindre

Billet inattendu : l’ouvrage dont il va être question ici ne parle quasiment pas de Sun Tzu. Mais il traite d’une des grandes thématiques suntzéennes : la ruse. Pourquoi, alors, Sun Tzu n’y est-il pas évoqué ? Parce que le sujet exact de l’ouvrage est l’histoire de la perception de la ruse en Occident.

Jean-Vincent Holeindre est directeur scientifique à l’IRSEM, l’Institut de Recherches Stratégique de l’École Militaire (le think tank du ministère français de la défense). Sur 464 pages, son ouvrage est une version retravaillée et enrichie d’une thèse soutenue en 2010. Le résultat est un texte limpide, grouillants de faits et d’analyses plus intéressantes les unes que les autres. Tout en se posant comme une somme sur le sujet, l’écriture reste de bout en bout très agréable, et la structure en chapitres bien circonscrits autorise un papillonnage au gré des centres d’intérêts de chacun.

Pas question ici de comparaison entre les modèles chinois et occidentaux, comme a pu le faire François Jullien dans son Traité de l’efficacité. Et pour cause : l’auteur cherche justement à déconstruire cette notion de « modèle occidental » dont la ruse serait exclue. La démonstration est clairement exposée : « Nous montrerons ce que la stratégie, dans le monde occidental, doit à la ruse, l’idée étant d’écrire sur la longue durée une histoire dialectique et généalogique de ses relations avec la force. Le choix d’une approche focalisée sur les sources « occidentales », plutôt qu’une histoire globale, connectée ou comparée, tient précisément aux enjeux épistémologiques de notre recherche : la thèse du modèle occidental de la guerre doit être contestée sur son terrain même, par le dépouillement de sources de première main. »

Tout au long de sa démonstration, chronologique, l’auteur utilise deux figures comme méthode paradigmatique[1] : Achille, qui doit ses victoires à sa seule force, et Ulysse, qui compense ses faiblesses par son intelligence et ses stratagèmes.

Lire la suite

L’heure des confitures

Sun Tzu France est en pause

En ce 1er janvier 2017, Sun Tzu France fête sa 5e année d’existence. Si la raison ayant présidé à la création de ce blog était de livrer nos idées en pâture sur la place publique afin d’en éprouver la validité et les enrichir, force est de reconnaitre que l’objectif n’a pas été atteint : nous avons bien sûr recueilli quelques commentaires constructifs, mais un site doit disposer d’un volume conséquent de lecteurs pour générer un véritable débat à chaque publication. Volume qui fut, sans surprise, loin d’être le nôtre.

En revanche, durant toutes ces années, le blog a parfaitement rempli son office d’aiguillon créatif : étant stimulés par la nécessité (auto-imposée) d’une publication tous les six jours, nous avons produit une quantité significative de billets, chacun développant une idée propre. Nous disposons ainsi aujourd’hui de suffisamment de matériaux pour alimenter de grands dossiers thématiques susceptibles d’être publiés en papier.

Pourquoi ce format papier ? Parce qu’un texte publié sur un site, et encore plus sur un blog, confère une impression de fugacité et semble moins digne d’attention que le même texte figurant dans un livre papier.

Lire la suite

Des cadeaux Sun Tzu

Quel cadeau Sun Tzu offrir ?

Les fêtes approchent, et vous souhaiteriez offrir un cadeau en rapport avec Sun Tzu et son Art de la guerre ? Voici quelques suggestions de produits  disponibles fin 2016 (ceux épuisés n’ont pas été recensés ici s’ils ne se trouvent pas facilement sur le marché d’occasion).

A tout seigneur, tout honneur : le traité lui-même. Sans hésitation, la version parue aux éditions Nouveau Monde est le meilleur choix possible : luxueuse, richement illustrée, volumineuse, elle est l’édition à offrir en cadeau. Surtout, la traduction fournie est celle de Jean Lévi, irréprochable. 29 €.

Si vous souhaitez rester sur le concept du « beau livre », d’autres éditions existent. Le niveau est un peu en dessous de la précédente, et repose sur une traduction pouvant par endroit être critiquée, mais l’ensemble reste de très bonne facture :

Lire la suite

Une nouvelle version de L’art de la guerre aux éditions Trédaniel

Une bien jolie version

Une nouvelle version du texte de L’art de la guerre vient de paraitre aux éditions Guy Trédaniel (à qui nous devons déjà la traduction de la version anglaise de James Trapp en 2011[1]).

Premier constat : l’ouvrage est beau. Présenté dans un coffret noir et or, le livre lui-même est rouge est or. D’aspect extérieur, il ressemble beaucoup à la version parue aux éditions Evergreen en 2012 et aujourd’hui épuisée : couverture rigide en rouge et or, papier glacé, illustrations, … Les deux ouvrages sont pourtant bien différents.

A gauche, la version des éditions Evergreeen (2011), à droite, celle des éditions Guy Trédaniel (2016).

Lire la suite

Sun Tzu a désormais sa journée mondiale

L’ONU ne se donne pas pour objectif d’éradiquer l’activité guerrière, qu’elle reconnait intrinsèque au genre humain, mais s’évertue à en humaniser la pratique. « La guerre est la grande affaire des nations ; elle est le lieu où se décident la vie et la mort […]. On ne saurait la traiter à la légère. » (L’art de la guerre, chapitre 1)

L’ONU ne se donne pas pour objectif d’éradiquer l’activité guerrière, qu’elle reconnait intrinsèque au genre humain, mais s’évertue à en humaniser la pratique. « La guerre est la grande affaire des nations ; elle est le lieu où se décident la vie et la mort […]. On ne saurait la traiter à la légère. » (L’art de la guerre, chapitre 1)

L’annonce est officielle : l’ONU a finalement accepté la création de la journée mondiale Sun Tzu. Celle-ci a été fixée au 20 octobre, jour de naissance du stratège chinois. La première édition aura lieu en 2017 et sera célébrée en grande pompe par la Chine, à l’origine de la demande. Nul doute que les ambassades chinoises relaieront l’évènement dans tous les pays.

Si Sun Tzu n’est pas le premier personnage historique à se voir consacrer une journée mondiale (on pourra citer la journée Nelson Mandela le 18 juillet ou celle Christophe Colomb le 10 octobre), il est en revanche le premier militaire. Et il restera probablement sans doute le seul, tellement sa pensée est atypique en exhortant à une forme de non-violence dans la guerre :

« Remporter cent victoires après cent batailles n’est pas le plus habile. Le plus habile consiste à vaincre l’ennemi sans combat. » (chapitre 3, traduction du groupe Denma)

Hasard du calendrier, la date coïncide d’ailleurs avec une autre journée mondiale : celle de la résolution des conflits.

Sun Tzu France se mobilisera bien évidemment pour cette journée, et nous réfléchissons déjà à l’organisation de symposiums dans toutes les grandes villes de France sur le sujet. N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez participer à l’aventure.

Source de l’image : capture d’écran de l’auteur

Combattre le terrorisme au quotidien

Lutter est toujours possible, à tous les niveaux.

Lutter est toujours possible, à tous les niveaux.

Il n’est pas dans les habitudes de ce blog de traiter d’autres sujets que ceux relatifs à L’art de la guerre de Sun Tzu. Nous ferons une exception aujourd’hui.

Comme la plupart des Français, vous ne souhaitez pas rester inactif face aux attentats du 13 novembre dernier. Outre le désir de venir en aide (soutien psychologique aux personnes qui en ont besoin, exercice renforcé de votre métier s’il a un rapport avec les évènements, don aux ONG d’aide aux victimes, etc.), vous ressentez peut-être également le besoin de réagir, de ne pas subir ces évènements. Bref, de lutter contre les terroristes.

Bien sûr, vous pourriez aller en Syrie, vous improviser fantassin et tenter de tuer tous ceux que vous verriez porter le drapeau de Daech. Outre que la capacité à un tel engagement solitaire ne concerne qu’une infime minorité de la population, il signifie aussi dans une certaine mesure un renoncement à notre État de droit, que justement les terroristes combattent. Car en France, les générations précédentes ont progressivement mis en place l’idée que, tout comme il est interdit aux citoyens de rendre justice par eux-mêmes, seules les forces armées assermentées (ie les militaires) ont l’autorisation d’aller mener des actions de guerre contre les ennemis de l’État. Ainsi, il est aujourd’hui interdit aux citoyens français d’aller spontanément se battre en Syrie (ou ailleurs).

Il existe pourtant plusieurs moyens simples de combattre à votre niveau les terroristes.

Lire la suite

L’art de la bière

Selon certaines études américaines, l’homme n’aurait créé la guerre qu’afin de trouver un prétexte à consommer plus de bière.

Selon certaines études américaines, l’homme n’aurait créé la guerre que pour trouver un prétexte à consommer plus de bière.

Pour la plupart des « experts », L’art de la guerre serait une théorie de l’affrontement physique. Cette interprétation simpliste est à tel point répandue que rares sont les personnes à encore s’interroger sur le sens réel que pourrait avoir le texte de Sun Tzu. Il est pourtant aujourd’hui acquis que ses véritables intentions étaient de traiter d’un sujet tout autre, beaucoup moins avouable.

La bière.

Prenez le temps de relire L’art de la guerre en remplaçant le mot « guerre » par le mot « bière ». Tout deviendra alors limpide ; chaque précepte se décryptera en mettant à jour une extraordinaire profondeur. Par exemple, les premières phrases du traité « La guerre est la grande affaire des nations […]. On ne saurait la traiter à la légère » se révèlent une formidable et visionnaire injonction à une consommation modérée…

L’intégralité du traité se fait ainsi jour de façon évidente pour l’amateur de bière. L’étude des terrains surprend par son acuité : en consacrant trois chapitres complets (sur 13) à cette question, Sun Tzu montre toute l’importance qu’il est nécessaire d’accorder au terroir. L’érudition de l’étude est d’ailleurs telle qu’elle ne se cantonne pas à la stricte consommation – sujet déjà très vaste, mais s’étend aussi à la fabrication :

« La guerre est subordonnée à cinq facteurs […] Le second est le climat, le troisième la topographie […] » (chapitre 1)

Comment ne pas lire ici l’injonction de prendre en compte, outre le terroir, le facteur météo pour déterminer si une bière sera bonne ou pas (une mauvaise saison peut avoir des conséquences catastrophiques sur la qualité du houblon produit).

Lire la suite

L’étude de L’art de la guerre au programme des classes de BEP

Grande nouvelle

Une excellente nouvelle pour Sun Tzu

Le ministère de l’Education nationale vient enfin d’officialiser que L’art de la guerre sera mis au programme des classes du Brevet d’étude professionnel. Plus précisément, pour reprendre la dépêche du site du Ministère :

A compter de la rentrée scolaire 2015, le programme des cours de français de l’ensemble des BEP des métiers de l’artisanat sera organisé autour de l’étude d’une œuvre unique : L’art de la guerre de Sun Tzu.

L’examen écrit portera sur la compréhension générale du texte et l’examen détaillé d’une idée particulière. Une mise en lumière des différences entre la philosophie de l’auteur avec les modes de pensée occidentaux sera recherchée.

Une ou plusieurs questions subsidiaires porteront sur les rudiments de civilisation chinoise de l’ère préchrétienne, ainsi que sur les philosophies chinoises contemporaines. Quatre points supplémentaires seront attribués à cette partie.

L’annonce était attendue depuis plus d’un an, nous craignions qu’elle n’ait été enterrée pour n’être qu’un effet d’annonce à un public restreint. Nous rappelons les propos du secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement des métiers de l’artisanat, Patrick Lézentery, pour qui le traité du « stratège et philosophe chinois  Sun Tzu » constituait en effet la « quintessence de la sagesse que possèdent les meilleurs artisans ». Selon lui, « toutes les situations sont prévues, tout peut être lu à la lumière des enseignements de Sun Tzu » et « les réponses apportées dans ce traité vieux de 2500 ans conservent toute leur pertinence aujourd’hui ». Les propos du secrétaire d’Etat rejoignaient pleinement l’analyse que nous avions faite dans notre billet Pourquoi trouve-t-on autant de transpositions de L’art de la guerre ?

Lire la suite

Sun Tzu et la culture des bonsaï

Un livre de référence sur un sujet inattendu

Un livre de référence sur un sujet inattendu

Un nouveau livre vient de sortir, et, autant le dire tout de suite, il est excellent !

L’art de la guerre et la culture du bonsaï est en effet une application des maximes de Sun Tzu à cet art ancestral que constitue l’arbre miniature (qui, contrairement à ce que l’on croit souvent, est originaire de Chine et non du Japon). L’auteur, Laurent Gordelès, maîtrise chacun des deux sujets et parvient à rendre passionnante la lecture de son ouvrage, tant pour les amateurs du stratège chinois que pour les botanistes en herbe.

Chacun des préceptes de Sun Tzu est ainsi explicité pour nous apprendre comment choisir, donner naissance, faire croître et enfin exposer ces trésors de la nature. Le sujet semble traité de façon exhaustive (l’ouvrage fait tout de même 432 pages !). Cet angle de lecture réussit même la gageure de rendre l’étude pas-à-pas de L’art de la guerre beaucoup plus logique que lorsqu’on l’applique au domaine de la confrontation armée, les chapitres de L’art de la guerre étant suivis scrupuleusement. Ainsi le onzième, « Les neuf sortes de terrain », nous donne-t-il toutes les clés pour comprendre que le meilleur terrain pour les bonsaï est celui fait de terreau de tourbe, d’humus d’écorce fine et de lave pulvérisée, et que tous les autres ne peuvent être considérés que comme des « terres d’anéantissement ».

Lire la suite

Pourquoi ce blog ?

Méditations…

Sun Tzu France fête aujourd’hui ses six mois d’existence. Cet anniversaire me donne l’occasion de me livrer à une petite introspection personnelle sur les raisons d’être de ce blog et son avenir possible.

Contre toute attente, en dépit de son thème ultraspécialisé, les statistiques de connexions montrent que ce blog est lu. Le pari n’avait rien d’évident car notre sujet d’étude ne comportait quasiment pas d’actualité susceptible de générer une attente. En outre, son ultraspécialisation le rend peu susceptible de faire partie du Top 10 des blogs les plus fréquentés… Les personnes potentiellement intéressées par des réflexions sur Sun Tzu dans la durée et non de façon ponctuelle ne courent pas les rues !

Mais Sun Tzu France a deux types de lecteurs.

Lire la suite

Les préceptes inédits de Sun Tzu

Fragments du manuscrit du Yinqueshan

Lors de la découverte du manuscrit du Yinqueshan en 1972, des pans entiers de texte ont été laissés de côté car suspectés d’être apocryphes. Nos propres recherches nous ont pourtant conduit à conclure que ces préceptes écartés étaient authentiques. Et qu’ils devaient donc être réhabilités. Une édition de L’art de la guerre – Version complète non censurée devrait à ce titre bientôt voir le jour. En attendant, Sun Tzu France est fier de vous livrer en exclusivité une sélection de ces maximes jusqu’à présent occultées.

Lire la suite