Le premier roman français sur Sun Tzu

Une première !

Le premier roman français centré sur le personnage de Sun Tzu vient de paraitre. L’évènement mérite d’être salué !

L’auteur, Olivier Lusetti, n’en est pas à son coup d’essai : il a déjà signé de nombreux ouvrages, dont une trilogie de romans fantastiques ayant pour cadre la Chine ancienne, Le cycle des Monarchies de l’Ombre.

Les éléments biographiques sur Sun Tzu étant quasiment inexistants, l’auteur a ici fait le choix d’écrire une fiction totalement romanesque (et même fantastique) ayant pour héros le personnage de Sun Tzu. Olivier Lusetti place l’homme dans le cadre donné par la biographie de Sima Qian, à savoir durant la période des Printemps et des Automnes : « Sun Zi Wu était un homme de Qi. Pour avoir écrit un livre de stratégie, il fut reçu par le roi Helu du royaume de Wu ».

L’histoire narrée n’évoque que l’adolescence initiatique de Sun Tzu et s’achève sur ses tout premiers exploits stratégiques. Le roman préfigure ainsi a minima une suite. Des anecdotes culturelles relatives à la période de la Chine Ancienne sont distillées tout au long du récit.

Signalons que le style employé peut rebuter certains. A titre d’exemple, le texte est émaillé de nombreux mots chinois, dont l’intérêt à ne pas être traduits nous laisse sceptique.

Si les histoires romancées de la vie de Sun Tzu ne manquent pas en chinois, il convient de noter qu’il s’agit du premier roman français sur le sujet[1] (même en langue anglaise, seul un existe à notre connaissance[2] !).

Olivier Lusetti, Sun Tzu, le stratège et le sorcier, Fantasy-Editions, 2018, 16 €.


[1] Nous ne comptabilisons pas ici la série de bandes dessinées chinoises traduites en français aux éditions du Temps (Li Zhiqing et Li Weimin, L’Art de la guerre – Sun Tzu, éditions du Temps, 2006).

[2] Liang Liangxing, The Story of Sunzi, Foreign Languages Press, Pékin, 2002.

Source de l’image : photo de l’auteur

Une réflexion au sujet de « Le premier roman français sur Sun Tzu »

  1. Un formidable merci pour ce billet ou sourd toute la connaissance bienveillante de son auteur.
    Par contre, il est noté que la plupart des mots chinois utilisés dans le livre sont traduits en note de bas de page.
    Avec toute ma reconnaissance pour votre propos.

    Olivier Lusetti.
    Admirativement vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.