Considérations sur la forme de L’art de la guerre

Dernières considérations sur la forme de L’art de la guerre

Note : ces quelques pensées, livrées en vrac, complètent toutes celles relatives à la thématique de la forme de L’art de la guerre.

Le traité de Sun Tzu n’est pas aussi harmonieusement construit que notre formalisme occidental le souhaiterait. Rien, cependant, n’est véritablement hors norme : en terme de longueur, il y a (que) un facteur 5 entre le chapitre le plus long (le 11e chapitre, avec 1733 mots) et celui le plus court (le 8e, avec 375 mots).

Fidèle au style littéraire de son époque (si tant est que cette vision ne relève pas de l’anachronisme), L’art de la guerre abonde d’énumérations. Force est de constater que la quasi-totalité d’entre elles ont très mal vieilli. Il en est ainsi par exemple des cinq grands facteurs auxquels toute guerre est subordonnée (l’influence morale, la météo, le terrain, le commandement et la doctrine), ou de la classification des différents types d’agents (indigènes, intérieurs, retournés, sacrifiés et préservés) du chapitre 13, ou encore des cinq traits de caractère énumérés au chapitre 8 qui présentent un danger pour le général (ne pas craindre la mort, chérir trop la vie, être irascible, être homme d’honneur et être compatissant).

Comme nous l’avions détaillé dans notre billet Des niveaux tactique et stratégique, le spectre couvert par L’art de la guerre va de la grande stratégie (« Jamais il n’est arrivé qu’un pays ait pu tirer profit d’une guerre prolongée. », chapitre 2) à la microtactique (« Si les oiseaux s’envolent, il y a embuscade, si les quadrupèdes fuient, il se prépare une offensive générale. », chapitre 9). Une des grandes difficultés du texte est que ces niveaux d’application ne sont pas précisés, les préceptes étant livrés dans le désordre. Bien pire, ils peuvent être poreux : il est ainsi toujours possible d’extrapoler des préceptes micro-tactiques pour leur faire dire des généralités d’un niveau plus élevé, et vice-versa. Ainsi, avec la précédente maxime sur les oiseaux et les quadrupèdes, il est parfaitement possible d’extrapoler que le général doit être attentif à tous les signaux qui lui parviennent et ne pas rester cantonné à son idée de manœuvre de base. Mais ce n’est pas parce que cela est possible que cela est correct : un tel détournement peut très bien ne pas correspondre à la pensée suntzéenne ou, plus pernicieusement, ne pas faire partie de son système sans toutefois le contredire. La tentation de tels détournements est très forte. Pour autant, il convient d’y prêter une grande attention, faute de risquer de corrompre la pensée de Sun Tzu sans s’en rendre compte. C’est donc là un art difficile que d’évaluer jusqu’où un précepte de Sun Tzu peut être appliqué à différents niveaux sans que cela trahisse le système qu’il expose.

Source de l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.