Une nouvelle version de L’Art de la guerre en bande dessinée

Un « roman graphique » plus qu’une bande dessinée

Les éditions Trédaniel sont décidément d’une grande prolixité concernant Sun Tzu. Après Les sept traités de l’art militaire de la Chine Ancienne parus en décembre dernier, une traduction d’une adaptation en bande dessinée de L’Art de la guerre voit aujourd’hui le jour.

Le texte introductif est bref mais correct. Regrettons toutefois qu’il donne les dates légendaires de la vie de Sun Tzu, sans mise en garde sur leur faible réalité historique. Point notable de cette introduction : elle est remarquable d’humilité concernant la qualité de la traduction livrée (qui « s’inspire des traductions modernes »).

Le contenu du traité figure dans sa grande majorité ; seules certaines maximes sont omises. Le tout est enrobé dans l’histoire d’un maitre enseignant le traité de Sun Tzu à son disciple. Ce procédé fournit l’occasion d’apporter quelques commentaires et éclairages sur le texte.

Point majeur : nous déplorons que l’illustrateur ait fait le choix d’un « roman graphique » et non d’une réelle bande dessinée. En effet, les dessins cherchent à représenter de – trop – grandes portions de texte, et nombre d’idées non illustrées peuvent ainsi ne pas être facilement appréhendées car contenues dans une image sans rapport avec leur propos.

Beaucoup de maximes illustrées par une unique image

Près de la moitié des illustrations sont pleine page, accolant trop souvent plusieurs maximes sans lien entre elles et s’avérant de fait hors de propos avec l’illustration censée les représenter. Nous le savons, les idées de Sun Tzu sautent du coq à l’âne et leur traitement peut revêtir des longueurs de texte très disparates. Le résultat est que ce « roman graphique » gomme nombre d’idées de Sun Tzu.

Si le découpage phrase par phrase du traité, retenu par toutes les autres transpositions en bandes dessinées sorties en langue française, nous parait être l’unique façon correcte d’illustrer le traité, l’exercice reste délicat. Dans notre billet L’art de la guerre en bande dessinée, nous avions vu que la simple illustration des maximes de Sun Tzu (cas du manhua de Tsai Chih Chung) ne paraissait pas suffisante pour exploiter au mieux ce support. La meilleure façon de procéder nous parait en fin de compte être celle retenue par Wang Xuanming :

A titre d’exemple, nous allons montrer comment le passage suivant du chapitre 8 de L’Art de la guerre est traité :

Un général avisé prend toujours en compte, dans ses supputations, tant les avantages que les inconvénients d’une option. Il voit les profits et peut tenter des entreprises ; il ne néglige pas les risques et évite les désagréments.
On contraint les princes par la menace, on les enrôle par des projets, on les fait accourir par des promesses. A la guerre, il ne faut pas compter que l’ennemi ne viendra pas, mais être en mesure de le contrer ; il ne faut pas se bercer de l’espoir qu’il n’attaquera pas, mais faire en sorte qu’il ne puisse attaquer.

Le roman graphique de Pete Katz

La bande dessinée de Tsai Chih Chung

La version de Wang Xuanming

 

Pete Katz ponctue bien certaines maximes de Sun Tzu de commentaires des protagonistes (ces commentaires figurent dans des bulles et non dans des cadres comme pour le texte de Sun Tzu), mais l’entreprise s’avère très insuffisante pour fournir une compréhension aisée de la pensée de Sun Tzu.

Le style graphique, sans être extraordinaire, est convenable pour le propos. Malheureusement, la réalité historique est plus que maltraitée : la représentation visuelle de la période Han (où se déroule l’histoire du disciple et son maître) est totalement fantasmée : anachronisme, éléments empruntés du Japon (on voit des toriis, des châteaux japonais du XVIIe siècle, etc.).

Avis très mitigé, donc.

19,90 € aux éditions Contre-dires (groupe Trédaniel), 128 pages.

Source de l’image : scan de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.