Visualiser L’art de la guerre : Une nouvelle traduction française de Sun Tzu

Oublions les schémas, ne gardons que le texte

Oublions les schémas, ne gardons que le texte

Nous avions en son temps signalé la sortie de The art of war visualized de Jessica Hagy. Cinq mois seulement après sa parution outre-Atlantique, l’ouvrage arrive traduit sur nos côtes.

Nous nous étions à l’époque montré dubitatif vis-à-vis de cette représentation graphique des propos de Sun Tzu, sous-titrant d’ailleurs notre billet « Un OVNI énigmatique ». Notre opinion s’est consolidée depuis, et nous ne voyons aujourd’hui vraiment pas qui cette transposition pourrait intéresser…

L’ouvrage de Jessica Hagy ne peut en effet déjà pas être considérée comme une transcription graphique de L’art de la guerre, comme le sont les bandes dessinées. Il s’agit plus exactement d’une interprétation sous forme de diagrammes et schémas d’une sélection de propos de Sun Tzu. « Sélection », car le traité n’est pas rendu dans son intégralité, des maximes aussi fondamentales que « Toute guerre est basé sur la tromperie » passant purement et simplement à la trappe.

Mais surtout, l’impression qui ressort de l’étude des schémas de Jessica Hagy est plus celui d’un flash artistique, limite psychédélique, que d’une véritable transcription graphique d’un propos. En effet, la représentation qu’en donne l’illustratrice est bien souvent inattendue, et le rapport avec le texte originel lointain :

Fortement orientées « monde de l’entreprise », les transpositions sont cependant parfois très libres et rendent de fait difficilement identifiable le public potentiellement intéressé :

Cela frôle même le risible lorsque les propos sur l’usage du feu au combat se retrouvent transposés en injonction d’équiper sa maison d’alarmes incendie !…

Nous ne nous étendrons pas : nous n’adhérons absolument pas à cette transposition de L’art de la guerre, même si nous saluons toutes les tentatives d’apporter une lecture neuve du traité de Sun Tzu.

Reste le texte, qui révèle un aspect inattendu : il constitue une nouvelle version française de L’art de la guerre.

Nous avons ici la traduction française de la version anglaise de Lionel Giles, dans son intégralité.

Daté de 1910, ce texte anglais désormais libre de droit était d’assez bonne facture ; incomparablement plus exact que celui du père Amiot, même si légèrement moins bien abouti que les traductions contemporaines.

La francisation de la version de Lionel Giles n’est pas une première (nous pouvons citer la version intitulée « De l’art de la guerre dans les affaires comme dans la vie » disponible depuis 2005 sur le site américain d’autopublication lulu.com), mais était jusqu’à présent confidentielle. La traduction vers le français opérée par Véronique Merland ne nous a pas posé de problème.

Au final que penser ? Si l’on ne considère les schémas et diagrammes de Jessica Hagy que comme des illustrations agrémentant sans prétention le texte de Sun Tzu, l’ouvrage révèle tout son potentiel. Déjà, la traduction française est tout-à-fait acceptable. Ensuite, l’ouvrage est s’avère bel objet : pourvu d’une couverture rigide, et d’un papier épais, son format de 14×19 cm n’en fait déjà plus un livre de poche, tout en restant pratique à lire (ce qui n’était malheureusement pas le cas de la traduction de Jean Lévi magnifiquement illustrée parue aux éditions Nouveau Monde, avec ses 25,5 x 30,7 cm). Au final, cet ouvrage de 256 pages se révèle une très intéressante (et inattendue) version française de L’art de la guerre.

Le tout pour 12,90 €.

Source de l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.