Les Échecs et l’Art de la guerre

Une nouvelle transposition de L’art de la guerre

Les éditions Contre-Dires publient en ce mois d’avril 2017 la traduction française de Chess and the Art of War, d’Al Lawrence et Elshan Moradiabadi.

Ces mêmes éditions avaient fait paraitre l’année dernière un carnet de notes sur le thème de L’art de la guerre.

Le traducteur, Antonia Leibovici, reprend la traduction des citations de Sun Tzu qu’il avait réalisée pour la version de L’art de la guerre parue en 2011 aux Editions Guy Trédaniel (pour mémoire, les deux maisons d’éditions appartiennent au groupe Guy Trédaniel éditeur).

Comme la plupart des autres ouvrages prétendant transposer L’art de la guerre à un autre domaine que celui du conflit armé (cf. notre billet Trouve-t-on du conflit dans tous les domaines ?), il s’agit en réalité ici d’un plaquage, parfois très forcé, de préceptes de Sun Tzu à une technique déjà bien établie. Comme à l’accoutumée, nous ne nous prononcerons donc pas ici sur la valeur du texte du point de vue échiquéen, mais suntzéen.

Les auteurs – grands joueurs d’échecs – ont malheureusement sombré dans la facilité : il ne s’agit nullement de l’élaboration d’une stratégie à partir de la philosophie de L’art de la guerre, mais simplement de la correspondance entre une technique de jeu d’échecs et des citations glanées, parfois maladroitement, dans le traité chinois. Par exemple, « Un général qui comprend parfaitement les neuf variables [des tactiques] sait se servir de ses armées » se trouve traduit comme « il faut connaître les quatre tactiques échiquéennes basiques : la fourchette, le clouage, l’enfilage et le mat de la rangée du fond »…

Notons qu’une citation est fausse : « La valeur d’une armée – forte d’un million d’hommes – dépend d’un seul homme. » Cette maxime n’est pas de Sun Tzu mais de Wou-tseu[1] ! En outre, une citation est apocryphe, celle de Napoléon (dans un ouvrage sur Sun Tzu ?…) : « L’art de la Guerre est une immense étude qui englobe toutes les autres. »[2] A l’instar des citations de Sun Tzu, ce n’est pas parce qu’elle se trouve sur Internet qu’elle en devient authentique

A noter qu’il ne s’agit pas de la première transposition du traité de Sun Tzu au monde des échecs : If  Sun Tzu played chess de Clinton Emry et Sun Tzu Chess Master de Doug Nash avaient déjà traité le sujet. Quant aux articles sur le thème, Internet en regorge.

Reste maintenant aux amateurs d’échecs à se prononcer sur la valeur intrinsèque de cet ouvrage.

19,90 € aux éditions Contre-Dires.


[1] La traduction exacte de Jean Lévi (Les sept traités de la guerre, p. 166) en est la suivante :

« Que, dans une armée alignant des centaines de milliers d’hommes, un seul homme soit responsable de la disposition des troupes sur le terrain en fonction de leur qualité, voilà le ressort du moral. »

[2] La citation contenue dans le livre anglais était « The Art of War is an immense study which comprises all others ». Napoléon n’a jamais rien dit de tel. La citation la plus correspondant de Napoléon pourrait être « La guerre est un art simple et tout d’exécution ». Une recherche Internet donne bien un ouvrage livrant cette citation, mais la biographie renvoie au Joseph Fouché, de Stephan Zweig, qui ne contient pas cette citation

Source de l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.