De Sun Tzu à Steve Jobs

Une histoire de la stratégie

Une histoire de la stratégie

Note liminaire : Comme d’habitude, nous n’étudierons cet ouvrage que du strict point de vue suntzéen. Ce billet n’est donc pas une critique du livre pris dans son ensemble.

L’ouvrage cherche à donner une vue succincte (nous sommes loin des références comme l’Anthologie mondiale de la stratégie, le Dictionnaire de stratégie et autre Traité de stratégie) et légère (le texte est parsemé de blagues…) de la stratégie. Cette dernière est d’ailleurs étudiée tant dans son aspect militaire (Machiavel, Clausewitz, Liddell Hart) qu’économique. Bruno Jarrosson est l’auteur ou co-auteur d’une vingtaine d’ouvrages tournant principalement autour de la stratégie d’entreprise.

Le chapitre sur L’art de la guerre ne constitue que 8 des 240 pages du livre. Agréable surprise par rapport aux dernières productions qui citent Sun Tzu sans l’avoir réellement lu : Bruno Jarrosson s’est manifestement réellement plongé dans L’art de la guerre. Les aspects du système suntzéen qu’il choisit de présenter ne trahissent pas la pensée du stratège chinois. L’auteur met en lumière cinq thématiques :

  • L’absence de hasard chez Sun Tzu ;
  • L’objectif de soumission de l’ennemi plutôt que sa destruction (même si nous avons une vision légèrement différente de cette question) ;
  • Le renseignement, dans une partie incorrectement nommée « Le shi et l’effet de levier » : l’auteur ne traite réellement de cette notion de forces régulières et extraordinaires que sur quelques lignes, tout le reste étant consacré au renseignement ;
  • La duperie (avec une illustration humoristique au rapport assez lointain) ;
  • L’harmonie. Cette partie est intéressante car nous en avons une perception différente. En effet, cette notion d’harmonie résulte, selon nous, plus d’une interprétation taoïste du traité que de ce que Sun Tzu a réellement écrit. « L’harmonie du monde » n’est pas altérée par les guerres, car l’activité guerrière est constitutive de l’espèce humaine. Même si nous n’adhérons pas à la lecture qu’en a Bruno Jarrosson, nous ne pouvons que nous réjouir de l’expression de ce point de vue.

Une citation apocryphe, provenant probablement de Wikipédia, figure dans le texte (« Il n’y a pas de forteresse imprenable, il n’y a que de mauvais attaquants »). C’est dommage, car sinon l’auteur se base sur la traduction de Samuel Griffith, relativement correcte, pour livrer ses exemples.

Sur la couverture de l’ouvrage figure un QR code pointant vers une vingtaine de vidéos d’environ 3 minutes chacune où l’auteur énonce quelques phrases. Ces vidéos ne nous semblent apporter aucune plus-value, celle sur Sun Tzu nous paraissant même particulièrement inutile.

Au final, malgré ses quelques imperfections, ce court texte sur Sun Tzu s’avère une heureuse surprise au sein de la production actuelle.

Aux éditions Dunod. 22 € en version papier, 15 € en version numérique.

Source de l’image

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.