L’art de la guerre par Victoria Charles… et Sun Tzu ?

L'art de la guerre, par Sun Tzu (???) et Victoria Charles

L’art de la guerre, par Sun Tzu (???) et Victoria Charles

Voici un ouvrage paru en juillet 2013 (et non pas septembre 2011 comme affiché sur Amazon…) aux éditions Parkstone International. Observez-le.

Lisez ensuite le quatrième de couverture :

Composé de textes d’écrivains célèbres rassemblés par Victoria Charles, cet ouvrage s’accompagne, en outre, du texte de référence de Sun Tzu, stratège militaire légendaire de Chine.

Que pensez-vous trouver ?

Le texte de L’art de la guerre ?

Pas du tout ! Le traité de Sun Tzu n’y figure pas…

Comme l’explique l’auteure en introduction :

Le titre de ce livre d’art n’est […] pas un hasard. Il a été intentionnellement choisi pour évoquer le général chinois et ses écrits. Bien que le but principal soit de présenter l’art qui a été inspiré par la guerre, il est également censé incarné – sans être exhaustif – une chronologie des batailles importantes et décisives dans l’histoire du monde.

Dès lors, qu’a-t-on ? Un livre d’art relatif aux grandes batailles de l’Histoire. Mais en aucun cas une nouvelle version du traité de Sun Tzu. Aucun rapport avec la superbe version illustrée parue en 2010 aux éditions Nouveau Monde.

Lire la suite

100e billet du blog !

Déjà 100 !

Et oui, déjà cent billets. S’il pourrait paraître surprenant d’avoir eu tant de choses à raconter sur un si petit livre, les sujets dont nous souhaitons encore parler ne manquent pas. Et, si les conditions se maintiennent propices, ils représentent encore pour plusieurs années de parution (tout sera en réalité affaire de temps disponible).

Il y a en effet encore de très nombreuses pistes à explorer, dans chacun des domaines explorés par ce blog : études générales sur le traité, études historiques, exégèse du texte et réflexions diverses. Quant à l’actualité, force est de constater que Sun Tzu a encore de beau jours devant lui (dommage qu’il ne touche pas de droits d’auteur…), ne serait-ce qu’à cause de la place croissante de la Chine dans le monde.

Le sujet du blog est très précis (un unique ouvrage, qui plus est gros de seulement quelques dizaines de pages), mais il ne s’avère pas singulier : outre les livres commerciaux qui disposent de leur propre blog pour assurer leur promotion et ceux dédiés aux livres religieux (Bible, Coran, Talmud, etc.), on pourra par exemple découvrir le très beau site consacré au Petit Prince.

Et pour finir, les cinq billets les plus lus ont été :

1) Quelle traduction retenir ?
2) L’art de la guerre en bande dessinée
3) Le paradoxe du travail bien fait
4) Jusqu’où interpréter Sun Tzu ?
5) Des qualités requises pour être général

  Source de l’image

Le film L’art de la guerre a sa propre société d’effets spéciaux

Rive Wong et Richard Taylor

Rive Wong et Richard Taylor

Nous l’avions annoncé l’année dernière, le projet est toujours d’actualité : un film sur L’art de la guerre est en préparation. Le réalisateur sera le Chinois Hu Bo, dont la filmographie n’est guère sortie des frontières de l’Empire du Milieu.

Le Chinois Rive Wong, également inconnu chez nous, apparaît comme étant l’un des producteurs.

Le film sera réalisé en 3D. La partie technique sera confiée à une société créée pour l’occasion. Le néo-zélandais Richard Taylor, co-récompensé cinq fois aux Oscar pour ses effets spéciaux sur la trilogie du Seigneur des anneaux, a été de la partie dans cette création. Si l’on s’en tient aux informations de l’année dernière, les caméras 3D pourraient être fournies par James Cameron. Sous-entendu que la production est trop pauvre pour se payer son propre matériel ?…

Aucune date de sortie n’est pour l’heure annoncée, mais force est constater que de nouvelles informations se font jour, témoignant que le projet est toujours vivant.

Source de l’image

Sun Tsu sens dessus dessous

Sun Tsu sens dessus dessous

Une interprétation française de L’art de la guerre parue en 2010

Nous allons ici présenter un livre paru en 2010 : Sun Tsu sens dessus dessous. Pourquoi en parler aujourd’hui ? Tout simplement parce que cet ouvrage avait échappé à notre recension de l’état de l’art concernant Sun Tzu en France. Il s’agit donc de réparer un oubli.

Paru chez InterEditions, Sun Tsu sens dessus dessous est un ouvrage de 304 pages dont l’ambition est de montrer comment « réussir les rencontres humaines non seulement dans la guerre, mais aussi dans la paix ». Le livre est français (il ne s’agit pas d’une traduction). L’auteure, Juliette Tournand, travaille dans le coaching d’entreprise. Coaching, donc conseils sur la gestion des conflits. Conflits, donc Sun Tzu.

La traduction de L’art de la guerre servant de référence pour l’étude est celle de Valérie Niquet, ce qui est une bonne chose. L’auteure se réfère en outre également aux traductions du père Amiot, de Tsai Chih Chung, de Samuel Griffith et de Jean Lévi pour picorer les éléments aptes à servir son propos.

Sous-titré « Un art de la paix » et paru dans la collection « Epanouissement » chez InterEditions (filiale « bien-être » des éditions Dunod), l’ouvrage à une tonalité indubitablement féminine. Il se rapproche en cela bien plus de L’art de la guerre pour les femmes de Chin-Ning Chu (cf. notre billet Pourquoi trouve-t-on autant de transpositions de L’art de la guerre ?) que de L’art de la paix de Philip Dunn (dont le principe était de proposer une traduction alternative de L’art de la guerre en jouant sur la polysémie des caractères chinois ; cf. notre billet Pourquoi le texte original de L’art de la guerre était-il cryptique ?)

Lire la suite

Une nouvelle version de L’art de la guerre… à éviter !

L'art de la guerre des éditions Ultraletters

L’art de la guerre des éditions Ultraletters

Une nouvelle édition de L’art de la guerre vient de paraître.

Vendue exclusivement sur Amazon au prix de 4,39 €, cette version ne présente absolument aucun intérêt !

La traduction est en effet celle du père Amiot, version de l’Impensé radical. Nous avons déjà expliqué pourquoi nous considérions cette traduction comme dévoyant totalement l’œuvre de Sun Tzu. Le texte est livré brut, sans le moindre supplément.

L’éditeur, Ultraletters, publie essentiellement des œuvres tombées dans le domaine public (et bien que cette version, nous l’avons vu, date de 1971…).

Pour cinq euros de plus, n’hésitez donc pas à vous offrir l’une des traductions que nous recommandons.

Source de l’image : photo de l’auteur

Sun Tzu en cahier central de Philosophie magazine

Le livret inclus dans le magazine

Le livret inclus dans le magazine

Le numéro de Philosophie magazine de ce mois-ci (67, mars 2013) propose plusieurs articles sur la pensée de Sun Tzu.

Un cahier central livre un article du sinologue Jean Lévi (traducteur et commentateur français de L’art de la guerre) ainsi que des extraits de sa traduction. Extraits copieux, puisque plus de la moitié des chapitres y figurent (1, 3 à 7 et 13). L’analyse que propose Jean Lévi de L’art de la guerre est, comme d’habitude, d’une très grande profondeur.

Quelques autres articles sont présents au sein du magazine, dont l’un du sinologue Rémi Matthieu. Le propos est intéressant, mais plus quelconque (pour qui s’intéresse déjà à L’art de la guerre). Les infographies et encadrés proposés ne présentent quant à eux guère d’intérêt.

Pour 5,50 €, inutile de bouder son plaisir…

Source de l’image : photo de l’auteur du cahier central de Philosophie Magazine

Le fil Twitter Sun Tzu dit a les honneurs du Monde

Le Monde

Le Monde du 8 mars 2013

Le journal Le Monde daté de ce jour (vendredi 8 mars 2013) vient de faire paraître un article de Gilles Paris intitulé Sun Tzu n’a pas fait le Mali.

Le fil Twitter Sun Tzu dit, dont le précédent billet célébrait la première année d’existence, y est explicitement cité et sert de support à une réflexion sur la guerre au Mali.

L’article se conclut ainsi :

Un objectif [faire saigner l’adversaire] assez éloigné de l’esthétisme de Sun Tzu, pour qui l’une des formes suprêmes de la guerre consistait à obtenir le renoncement de l’adversaire sans avoir à engager le combat. Jeudi matin 7 mars, la dernière maxime tweetée du stratège chinois rappelait que « qui sait commander aussi bien à un petit nombre qu’à un grand nombre d’hommes sera victorieux ». Certes, tout compte fait, François Hollande n’est peut-être pas obligé de s’abonner à « Sun Tzu dit ». Ou alors seulement pour se délasser.

Une bien sympathique reconnaissance.

Source de l’image : photographie de l’auteur

Le fil Twitter Sun Tzu dit a un an

Logo SunTzuDit

Le logo de Sun Tzu dit : Sur fond de texte de L’art de la guerre sur bambous, le drapeau français sur lequel est inscrit en chinois : « Sun Tzu, L’art de la guerre ».

Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, le fil Twitter Sun Tzu dit propose deux fois par jour (à 07h00 et 17h00) une citation extraite de L’art de la guerre. Celle-ci provient de la traduction que nous recommandons le plus : celle de Jean Lévi (merci d’ailleurs à lui pour son aimable autorisation).

Sans publicité particulière, ce fil Twitter connaît une lente mais régulière croissance, ayant récemment dépassé les 300 abonnés. Ce ne sont bien sûr pas les chiffres d’une Lady Gaga ou d’un Justin Bieber, mais le public n’est pas le même non plus… Cette progression continue, résultant du hasard des découvertes individuelles, nous semble bien témoigner de l’intérêt, ou de la simple curiosité, que porte la population francophone au stratège chinois.

Source de l’image : infographie de l’auteur

Sun Tzu en France primé par l’IHEDN

Prix scientifique de l'IHEDN

Le prix scientifique de l’IHEDN

Sun Tzu en France a eu le grand honneur de recevoir le Prix scientifique de l’IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale[1]) dans la catégorie « Prix spécial de mémoire ». La récompense a été directement remise le 13 février dernier par le général de corps d’armée Jean-Marc Duquesne, directeur de l’IHEDN.

Le jury était composé de représentants de la direction de l’IHEDN, d’universitaires et de personnalités qualifiées des domaines de défense, de relations internationales, d’armement et d’économie de défense.

Un grand merci pour cette reconnaissance.


[1] La mission première de l’IHEDN est de réunir des responsables de haut niveau, civils et militaires, français ou étrangers, en vue d’approfondir en commun leur connaissance des questions de défense, de politique étrangère, d’armement et d’économie de défense. En outre, il contribue à promouvoir et à diffuser toutes connaissances utiles sur ses trois champs disciplinaires. C’est à ce titre que Sun Tzu en France a été primé.

Source de l’image : photo de l’auteur

Sun Tzu en France, une étude de la réception de L’art de la guerre

Sun Tzu en France

Sun Tzu en France, le livre

Le premier livre issu de ce blog vient de paraître. Édité chez Nuvis, petite maison jeune et très dynamique, il est proposé sous forme papier (24 €) ou numérique (12 €).

L’ouvrage est préfacé par Jean-Pierre Raffarin. L’ancien Premier ministre entretient en effet un lien fort avec la Chine, lien qui l’a amené à étudier en profondeur ce grand traité stratégique.

Mais de quoi exactement parle le livre ?

Fruit d’une enquête minutieuse autant historique que philologique, Sun Tzu en France retrace l’histoire de la réception de ce traité en France, de la première traduction par un jésuite, le père Amiot, au XVIIIe siècle, aux toutes dernières parutions sorties, tant dans le domaine des livres papier que dans celui du numérique, de la bande dessinée ou même de la chanson. Une riche iconographie (l’ouvrage comporte près d’une centaine d’illustrations en couleur) complète le propos. A travers de très nombreux exemples, le travail des traducteurs est décortiqué pour expliquer comment il est aujourd’hui possible de trouver des préceptes totalement opposés d’une traduction à l’autre.

Lire la suite

Sun Tzu France fête son premier anniversaire

Un an déjà !

Un an déjà !

Sun Tzu France vous présente ses meilleurs vœux et en profite pour souffler sa première bougie : voici en effet maintenant un an que le blog est ouvert.

Et l’aventure se poursuit. Aucun risque qu’elle s’épuise faute de munitions : les sujets à traiter sont innombrables, ils ne demandent qu’à être mis en forme. Nous sommes fiers d’avoir tenu le cap et surtout d’avoir pu conserver le rythme de parution (au minimum un billet tous les six jours). A ce jour, 72 billets ont déjà été publiés.

Lire la suite

Encore une nouvelle édition de L’art de la guerre !

Une édition dont on pourra se passer...

Une édition dont on pourra se passer…

L’année 2012 aura décidemment été très riche concernant les parutions de L’art de la guerre. Ce mois-ci, c’est une nouvelle version de poche qui nous est proposée pour 4,90 €.

Autant le dire tout de suite : elle ne présente aucun intérêt ! Il s’agit en effet de la traduction du père Amiot (version de l’Impensé radical) livrée brute, sans les notes de bas de page ni le moindre complément. Même la version des 1001 nuits, commercialisée 3 €, comporte plus de matériaux…

Autant rajouter 5 € et acquérir la traduction que nous jugeons la meilleure de toutes celles existantes : celle de Jean Lévi.

Source de l’image

Une version numérique qui sort du lot

L’art de la guerre illustré et annoté

Les versions numériques de L’art de la guerre sont nombreuses. Comme nous l’avions vu dans le billet Il n’y a pas que les livres papier !, quasiment toutes se basent sur une des traductions-avatars du père Amiot (Impensé radical ou Lucien Nachin). Seuls le prix (de gratuit à 10 € !…) et l’illustration de couverture les différencient. Il en paraît au moins une par mois. Mais la dernière version à être sortie, passée totalement inaperçue, présente pourtant du nouveau.

Baptisé « L’art de la Guerre (Illustré et Annoté) » cet ouvrage numérique disponible pour 2 € au format Kindle ou iBooks présente plusieurs caractéristiques inédites :

Lire la suite

Sun Tzu ou l’art de gagner des batailles

L’ouvrage de Bevin Alexander

Un livre majeur vient tout juste de paraître aux éditions Tallandier : Sun Tzu ou l’art de gagner des batailles, de l’Américain Bevin Alexander.

Il s’agit d’une traduction (signée Jacques Bersani) de l’ouvrage Sun Tzu at Gettysburg. Son auteur, Bevin Alexander, est un historien américain spécialiste de stratégie militaire. Paru en 2011, Sun Tzu at Gettysburg est son douzième et dernier ouvrage, le seul à avoir été traduit en français.

L’objectif que se donnent ces 296 pages est « de montrer que les chefs militaires qui, durant les deux derniers siècles, lors d’affrontements majeurs, ont suivi sans le savoir les axiomes de Sun Tzu ont connu le succès, tandis que ceux qui ne les respectaient pas étaient voués à la défaite, et quelquefois à des désastres ou à des catastrophes conduisant à la perte pure et simple de la guerre ». Pour cela, l’auteur a étudié neuf batailles à travers le prisme des enseignements de Sun Tzu : Saratoga (1777), Waterloo (1815), les campagnes de la guerre de Sécession de 1862, Gettysburg (1863), la bataille de la Marne (1914), la bataille de France (1940), Stalingrad (1942), la libération de la France (1944) et l’invasion de la Corée du Nord (Incheon, 1950).

Lire la suite

Le père Amiot enfin réédité

Couverture du fac-similé des éditions Hachette-BNF

L’Art militaire des Chinois est enfin disponible sous forme papier. Cet ouvrage du père Amiot comprend la toute première traduction hors du monde asiatique de L’art de la guerre.

Jusqu’à présent, ce texte de 1772 jamais réédité (hors 1782[1]) n’était plus disponible que dans quelques très rares bibliothèques (ou, beaucoup plus simplement depuis quelques années, sur Internet grâce à Gallica). Si une version retranscrite en français moderne était bien disponible depuis 2007 (celle d’Adrien Beaulieu dans son ouvrage – confidentiel – Investir en Chine – Guerre et Commerce), toutes les autres se revendiquant du père Amiot n’étaient, on l’a vu, jamais authentiques. Il est donc aujourd’hui enfin devenu possible de commander pour 17,48 € un fac-similé de ce petit bijou pour historien.

Lire la suite

Sun Tzu France passe sur BFM

De gauche à droite : J.-F. Phélizon, M. Jolivet, Y. Couderc

Votre serviteur a été l’invité de l’émission Chine Hebdo qui sera diffusée sur BFM radio samedi 21 juillet 2012 de 18h00 à 19h00 (rediffusion dimanche de 07h00 à 08h00).

Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, l’émission est une hebdomadaire d’une heure consacrée à la Chine (avec ou non un éclairage économique) animée par Mathieu Jolivet.

L’autre invité était Jean-François Phélizon, auteur de Relire L’art de la guerre de Sun Tzu et directeur général adjoint de Saint-Gobain. Son expertise d’industriel, confrontée à la nôtre de militaire, s’est révélée particulièrement enrichissante.

Au cours de l’émission, de très nombreux sujets ont été abordés, allant de l’histoire du traité jusqu’à ses applications contemporaines en passant par les difficultés de traduction ou l’étude de quelques-uns des principes de Sun Tzu.

Source de l’image : photo de l’auteur

La revue Guerres & Stratèges propose L’art de la guerre en cadeau

La revue Guerre & stratèges avec son supplément

Dans son numéro 4 de juillet-août-septembre 2012, la revue Guerres & Stratèges offre en cadeau un exemplaire de L’art de la guerre, le tout pour le prix de 6,95 €.

Nous ne nous prononcerons pas sur le contenu de la revue, ce n’est pas le propos de ce blog.

Par contre, sachez que la version fournie du traité de Sun Tzu est celle du père Amiot, ou plus exactement de l’Impensé radical (Cf. De l’imposture des traductions dites « du père Amiot »). Nous nous sommes déjà expliqués sur le fait que cette version ne pouvait selon nous être considérée comme satisfaisante. En outre, le texte est livré brut, sans aucun commentaire ni propos introductif. Il semblerait que nous ayons là l’édition papier d’une version iBooks mise en ligne en avril dernier. Même dans la revue il n’en est pas question.

Inutile, donc. Pour à peine 2,17 € de plus, autant acheter la meilleure des versions disponible, celle de Jean Lévi.

Source de l’image : photo de l’auteur

Parution de la première version numérique de qualité de L’art de la guerre

L’art de la guerre « enrichi » pour iPad

La première version numérique de qualité de L’art de la guerre vient de sortir ! (nous reviendrons sur cette affirmation dans un prochain billet)

Publiée chez Les Vidéoditeurs, le prix est de 10 €. L’objet n’est disponible que pour iPad (via l’application iBooks). Une vidéo de présentation assez accrocheuse est disponible ici.

La traduction proposée est celle de Valérie Niquet. Nous ne pouvons que nous réjouir de cette première : d’habitude, il s’agit toujours d’une version du père Amiot, dont la qualité est… datée ! (Cf. notre billet Le père Amiot a-t-il réellement traduit Sun Tzu ?)

Lire la suite

100e abonné à notre compte Twitter !

Une étape est franchie !

L’arrivée de notre 100e abonné Twitter nous fournit le prétexte de faire le point sur le blog Sun Tzu France et son écosystème.

L’ouverture du blog date du 1er janvier 2012 (même si le premier post, de test, date de décembre 2011). Nous y avons jusqu’à présent publié 35 billets, avec une cadence maintenue d’un à deux par semaine. Il est fort prévisible que la rentrée scolaire nous obligera à ralentir ce rythme.

Le public plus naturel de ce site, extrêmement spécialisé, est les militaires et les sinologues. Les premiers sont, de loin, les plus présents.

Lire la suite

James Cameron devrait participer au tournage d’un film chinois sur Sun Tzu

James Cameron monte le tapis rouge du Festival de Pékin en compagnie de son épouse

L’annonce, rapportée par de nombreux médias chinois, en a été faite cette semaine à l’occasion du second Festival international du film de Pékin, où était présent le réalisateur de Titanic et Avatar.

Aucun détail précis n’a été donné sur cette collaboration, mais l’équipe technique de James Cameron devrait prêter son aide afin d’assurer le tournage en 3D.

Le film devrait s’intituler « L’art de la guerre » et son budget devrait tourner autour des 100 millions de dollars.

Source de l’image

Une nouvelle version de L’art de la guerre vient de paraître

L’art de la guerre illustré aux éditions Encore

Les éditions Encore viennent de faire paraître une « Nouvelle édition illustrée » de L’art de guerre.

Officiellement présentée comme « traduite du chinois par le père Amiot, version abrégée », nous avons en réalité là le texte de l’Impensé radical de 1971, duquel ont curieusement été retirés quelques paragraphes. La raison de ces coupes reste pour nous un mystère, sachant que cela ne peut être pour une question de place étant donné le gain de texte relativement faible au final.

Lire la suite

Parution de la troisième édition de la traduction de Valérie Niquet

L'art de la guerre par V. Niquet, version 2012

L’art de la guerre traduit par V. Niquet, version 2012

En février 2012 est parue aux éditions Economica une nouvelle traduction de L’art de la guerre. Plus exactement, il s’agit de la troisième édition de la traduction de Valérie Niquet.

Rappelons que Valérie Niquet fut la toute première à traduire le traité de Sun Tzu directement du chinois au français  (si l’on excepte le père Amiot en 1772, sachant que ce dernier se basait essentiellement sur un texte mandchou ; Cf. notre billet Le père Amiot a-t-il réellement traduit Sun Tzu ?). Si la première version de sa traduction avait été relativement critiquée, la seconde l’améliorait grandement. Pour cette troisième édition, ce ne sont plus que de petits ajustements qui viennent modifier le texte.

Lire la suite

Le professeur Hervé Coutau-Bégarie nous a quittés

Le professeur Hervé Coutau-Bégarie nous a quittés aujourd’hui. Avec lui disparaît un pilier de la recherche stratégique française.

Je ne retracerai pas sa carrière, vous en trouverez les principaux jalons sur Wikipédia et sur stratisc.org, le site de l’Institut de Stratégie Comparée dont il fut le fondateur.

Bien sûr, il disparaît trop tôt : il aurait encore pu encadrer de nombreux chercheurs, les éclairer de ses conseils avisés et de sa parfaite maîtrise du sujet, et s’enrichir de leurs travaux pour nous en faire profiter dans une de ses prochaines publications. Las ! Espérons que le Traité de tactique sur lequel il travaillait depuis longtemps sera rapidement publié, même si inachevé.

Nous garderons à l’esprit l’œuvre immense de l’artisan d’un formidable essor de la pensée stratégique française.

A titre personnel, je n’aurais jamais pu entreprendre mes premières recherches sur Sun Tzu sans les bases qu’il avait jetées, notamment dans son Traité de stratégie.

Alors merci professeur, et bon voyage.

Source de l’image